Apprentis Parents

[CRITIQUE] : Apprentis Parents


Réalisateur : Sean Anders
Acteurs : Mark Wahlberg, Rose Byrne, Isabela Moner, Octavia Spencer,...
Distributeur : Paramount Pictures France
Budget : -
Genre : Comédie, Drame.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h59min

Synopsis :
Pete et Ellie veulent devenir une famille. En adoptant 3 frères et sœurs, dont une adolescente rebelle de 15 ans  Pete et Ellie réalisent très vite qu’ils n’étaient pas préparés à devenir parents du jour au lendemain ! Leur parentalité « instantanée » va les placer dans des situations inattendues, émouvantes et souvent hilarantes !


 
Critique :


Habile avec ses biscottos dans le cinéma d'action, mais aussi dans un cinéma plus dur et mature chez ses cinéastes chouchous Peter Berg et James Gray, le charismatique Mark Wahlberg est aussi un comédien plutôt à l'aise dans la comédie, surtout quand il donne la réplique au génial Will Ferrell, avec qui il forme un duo atypique mais vraiment plaisant à suivre (les excellents Daddy's Home 1 et 2, le délirant Very Bad Cops).
De retour en solo cette fois, mais accompagné par la craquante Rose Byrne, il nous revient avec Apprentis Parents de Sean Anders - papa des deux Daddy's Home justement -, où la parentalité est encore au coeur des débats pour le meilleur et surtout, pour le pire.
Infiniment personnel (le film s'inspire de l'histoire vraie de Sean Anders, qui a adopté trois enfants avec sa femme), la péloche croque le quotidien mouvementé de Pete et Ellie, qui se rêve parents depuis longtemps et qui vont, par la force des choses, accueillir trois frères et soeurs latino-américains dont la mère est en prison.
Trois mômes, dont une ado rebelle, qui vont vite leur faire comprendre qu'ils n'étaient peut-être pas forcément prêts à jouer au papa et à la maman.



Ne pêtant pas foncièrement dans la soie de l'originalité avec des situations sentant gentiment le réchauffée, articulés autour de la difficulté d'être parents (Adam Sandler à plus de dix ans d'avance sur le sujet, d'ailleurs il a même tourné Crazy Dad avec le cinéaste...), thème cher à Sean Anders puisqu'il semble y avoir exploité quasiment toute sa filmographie - excepté peut-être dans le manqué Comment Tuer son Boss 2 -, Instant Family en V.O., boite plus qu'il ne marche droit et pourtant, sous son enrobage de potacherie et de facilité assumée, se cache un vrai divertissement attachant qui a du coeur.
En couplant deux récits initiatiques (un couple qui découvre la vie parentale, des enfants qui se construisent malgré un quotidien loin d'être facile), tout en tapant gentiment juste sur les zones d'ombres du système d'accueil et d'éducation US, en s'appuyant sur des personnages plutôt bien croqués - les seconds-rôles surtout - et bien interprétés (le couple Walhberg/Byrne est touchant, Margo Martindale est une mamie géniale) ainsi que des gags qui font majoritairement mouche, Apprentis Parents incarne in fine un sympathique divertissement familial, solide dans son humour et authentique dans ses émotions.
On n'en demande pas plus, surtout en pleine période de vacances scolaires.


Jonathan Chevrier

John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.