Emprise

[MOVIE CHALLENGE 2018] : Emprise de Bill Paxton


#2. Un film réalisé par un acteur/une actrice qui joue dedans (Movie Challenge 2018 / récapitulatif)



C'est une fois que certains talents du septième art nous quittent, que l'on mesure réellement autant l'impact de leur rôles dans notre cinéphilie, que celui de l'importance de leur absence.
Robin Williams, Philip Seymour Hoffman, Alan Rickman... la liste est longue, et le génial Bill Paxton en fait décemment parti.
Outre avoir été un comédien talentueix passé à la bonne école (celle de son cinéaste chouchou James Cameron), le bonhomme fut également un cinéaste mésestimé s'étant aventuré, avec un certain aplomb, derrière la caméra avec un premier projet franchement musclé.
Moins illustres que certaines pointures aux doubles casquettes (Eastwood, Gibson ou encore Costner en tête), Paxton n'avait pourtant rien à leur envier avec Emprise, drame fantastico-gothique coup de poing, prenant littéralement par les valseuses le thème coton de la religion au sein d'une Amérique faussement puritaine (il attaque autant la morale que le conservatisme du peuple ricain); et même plus directement la notion de justice divine, par le biais d'un père de famille veuf se lançant avec sa progéniture, dans une vague de meurtres punitifs sous le commandement de Dieu le père.

Véritable claque viscérale et haletante à la frontière du gothique, le cinéaste, qui ne cautionne ni ne juge les actes de son héros (qu'il se paye le luxe de camper avec prestance), renvoie directement le pays de l'Oncle Sam face à sa propre violence jusque dans un final crepusculaire qui répond avec force à la question qui brûle la psyché de ses spectateurs tout du long : les victimes de ce justicier improvisé sont-elles réellements des victimes ou bel et bien des criminels méritant la peine capitale ?
La vérité éclatera dans un cri de rage primitif et franchement dérangeant, à tel point qu'elle nous hante encore même longtemps après sa vision...
Jonathan Chevrier

  Emprise de et avec Bill Paxton, Matthew McConaughey, Powers Boothe... (2002)

" Le Texas vit sous la terreur d'un tueur en série qui se fait appeler "La Main de Dieu". Un soir, un homme sans histoire, Fenton Meiks, se présente au QG du FBI et déclare connaître l'identité du coupable. Ce dangereux criminel ne serait autre que son frère, Adam, qui vient de se suicider.
Alors qu'ils roulent en direction du "Jardin des roses", où les corps des victimes d'Adam sont enterrées, Fenton raconte aux agents fédéraux comment tout a commencé vingt ans plus tôt, en 1979. A l'époque, il était âgé de douze ans et son frère de neuf. Tous deux vivaient une enfance heureuse avec leur père, veuf depuis la naissance d'Adam. Pourtant, une nuit, leur vie bascula lorsque leur père leur annonça qu'un "ange" lui était apparu et qu'ils devaient accomplir une mission. Alors que l'un des deux fils accepte sans réserve cette vision divine, l'autre pense que son père sombre dans la démence. "

John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.