1 Cinéphile : 1 Film Culte

[1 CINÉPHILE = 1 FILM CULTE] : Tarzan


#20. Tarzan de Kevin Lima et Chris Buck (1999)

"Nous allons resté chez Walt Disney encore un petit peu chers lecteurs. Tarzan n'est pas un des meilleurs films du studio, c'est même un des moins bons des 90's. Toutefois, il a une place de choix dans ma cinéphilie. Comme je l'ai déjà évoqué, à l'époque je ne connaissais l'existence de films à venir que par des bandes-annonces (avec du bol un extrait) présentes sur les VHS. Etant encore jeune pour aller au cinéma, j'attendais donc en plus la sortie vidéo avec impatience. C'était le cas notamment pour des films Disney comme Le bossu de Notre Dame (Trousdale, Wise, 1996), Hercule (Clements, Musker, 1997) ou Mulan (Bancroft, Cook, 1998). Tarzan en faisait également partie, mais je ne savais pas encore qu'il serait le premier film que je verrais au cinéma.
La piste vint du centre-aéré dans lequel j'allais étant petit. Un jour, le directeur avait demandé à mes parents suite à un défilé de la Saint Nicolas (une tradition lorraine) si cela m'intéressait d'aller voir un film au cinéma (Tarzan donc). Mes parents savaient que je commençais à me passionner pour le cinéma et qu'en plus si c'était un Disney, cela paraissait encore plus évident. Kinépolis avait ouvert un cinéma près de chez moi fin 1999, condamnant la plupart de ceux qui officiaient dans le centre-ville de Thionville (seulement un a survécu et il est toujours d'actualité, la Scala). Le seul multiplexe du coin à moins d'aller à St Julien les Metz (ouvert depuis 1995). Donc le Kinépolis de Thionville avait une aura de nouveauté dans ma partie de Moselle.



C'était en janvier 2000 (je ne me souviens plus de la date) et j'entrais dans ce qui deviendrait rapidement un fief avec ses bons et ses mauvais côtés. Cela devait être la salle 1 ou 10, soit les deux plus grosses du cinéma. Elles étaient pleines, il n'était pas encore question de places numérotées et on pouvait donc se mettre où l'on voulait. Je crois que j'étais au milieu ou sur le côté droit. Ce qui m'a marqué en débarquant dans le couloir pour aller dans la salle, c'était l'immense écran. Je ne savais pas à quoi une salle de cinéma pouvait ressembler à cette époque et je me retrouve à regarder en haut pour essayer d'en voir le bout. Cela n'avait évidemment rien à voir avec ma petite télévision ou celle du salon.
Après il y eu le son. Là non plus je ne m'attendais pas à ça. C'était spectaculaire et je ne parle même pas du son THX qui dégommait les tympans. Je ne suis plus quel spot ils avaient diffusé à l'époque. Si c'était celui avec le bonhomme et la boîte à meuh ou si c'était la boule qui explosait. Ou alors c'était le Dolby Surround avec sa vallée et l'immense logo gravé dans la pierre. Un des deux dans tous les cas.
Certes j'avais l'habitude de voir des bandes-annonces avec la VHS, mais en voir au cinéma cela faisait partie du charme de la séance (aujourd'hui on voit plus de publicités que de la promotion de films). Dans mon souvenir, la première fut pour Anna et le roi (Andy Tennant, 1999), énième adaptation du livre éponyme (Margaret Landon, 1944) avec Jodie Foster et Chow Yun Fat. La seconde fut celle de La plage (Danny Boyle, 2000), sorte de grosse sortie événement en France puisque qu'en plus de Leonardo Dicaprio, il y avait les deux frenchies Virginie Ledoyen (crush immédiat) et Guillaume Canet. J'ai fini par voir l'événement bien des années plus tard, autant dire que je ne me suis toujours pas remis de Dicaprio qui imite le chat.
Si mes souvenirs sont bons (au pire c'était pour un autre film), une autre production Fox avait droit à sa bande-annonce : Titan AE (Bluth, Goldman, 2000). J'avais été assez impressionné par le visuel futuriste à une époque où je ne naviguais pas encore dans la science-fiction. Une claque. Il fut par la suite un film qui a beaucoup tourné dans mon magnétoscope. Puis évidemment qui dit cinéma, dit notre ami Jean Mineur et son fameux numéro que tout le monde connaît par coeur ("Médiavision, 01 47 20 0 0 0 1!"). Sans compter la publicité pour les Cornettos avec ce Cupidon chassant ses proies sur du Tom Jones.




Puis arriva une bonne fois pour toutes l'objet de cette chronique. Comme je le disais ci-dessus, Tarzan n'est pas un de mes Disney préférés des 90's. Il faut dire qu'il arrive après tous les crus phares de cette décennie, la palme au Roi Lion (Minkoff, Allers, 1994) qui reste un, si ce n'est le plus populaire des films d'animation Disney. Il n'en reste pas moins que le film se révèle particulièrement ambitieux visuellement, proposant une virée dans la jungle africaine assez impressionnante. Que ce soit la faune ou la flore, les exploits physiques de Tarzan (calqués sur des skateurs et le propre fils d'un des animateurs) ou même un final qui ne fait pas de cadeau à deux des personnages. Comme quoi, le monde de Walt Disney n'est pas toujours aussi édulcoré que certains le disent.
Le film est particulièrement divertissant et se révèle être un film d'aventure de bonne tenue. Il n'y a qu'à voir l'affrontement bestial entre Tarzan et le léopard Sabor pour s'en rendre compte. Le film peut aussi bénéficier de chansons fortes de Phil Collins, notamment Entre deux mondes morceau utilisé dès les premières secondes et entraînant le spectateur dans les méandres de la jungle. Le plus ironique est que la chanson est plus émouvante (et c'est plus ou moins le cas des autres aussi) en français, l'ancien chanteur de Genesis étant plutôt à l'aise dans la langue de Molière.
Tarzan prend pas mal de libertés avec le personnage d'Edgar Rice Burrough. Au point de donner le vrai nom de Tarzan (Jack Clayton) au principal antagoniste du film ! Si le spectateur veut voir une adaptation plus raccord, je ne peux que citer Greystoke (John Huston, 1984) avec l'admirable Totof Lambert. Tarzan n'en reste pas moins un Disney de qualité, de quoi plaire à tout le monde et qui vieillit plutôt bien. En tous cas, il fut ma première séance mais certainement pas ma dernière séquence. Peu de temps plus tard, je m'embarquais pour Toy Story 2 (John Lasseter, 1999), puis pour Pokémon le film (Kunihiko Yuyama, 1998), etc. L'aventure ne faisait que de commencer.  "


Borat8

Blogueur depuis juin 2008 ayant promené sa frimousse d'Allociné à Canalblog (bientôt huit ans !). Cinéphile carnivore accumulant les visionnages à droite et à gauche, au point de ne parfois plus où donner de la tête. Mon quinté de films de chevet est Across the universe (Julie Taymor, 2007), Fight club (David Fincher, 1999), Ace Ventura (Tom Shadyac, 1994), Toy Story 3 (Lee Unkrich, 2010) et The land before time (Don Bluth, 1988). Mes réalisateurs préférés sont Steven Spielberg, Hayao Miyazaki, David Fincher, James Cameron, Guillermo del Toro et Clint Eastwood. 

Blog : Ciné Borat


 

Unknown

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.