Ad Astra

Ruth Negga rejoint le casting de Ad Astra signé James Gray


Pitt, Jones, Negga, Gray... le genre d'association qui vend méchamment du rêve...



Alors que le pourtant brillant Alliés de Robert Zemeckis - ou il est excellent -, n'a pas vraiment trouvé son public dans les salles obscures, que son sympatoche escapade sur Netflix War Machine, n'a pas fait tant de boucan que ça finalement, et que la mise en route de World War Z 2 vient à peine de redémarrer son développement - avec David " fucking " Fincher à la barre -; force est d'avouer que l'aura de ce bon vieux Brad Pitt a pris un sacré coup derrière la nuque ces derniers temps.

Quoi de mieux donc pour se refaire une santé que de se rattacher à l'un des projets les plus bandants du moment, Ad Astra de James Gray, dont on a plus qu'adoré de son The Lost City of Z en mars dernier. 
Les deux bonhommes n'ont cessé de se croiser (le projet avorté The Gray Man, Pitt qui était un temps envisagé pour The Lost City...), mais cette fois ce serait bel et bien la bonne vu que le comédien aura également la casquette de producteur - via sa boite Plan B.

Thriller SF ambitieux, le film pourrait voir Pitt camper Roy McBride, un ingénieur spatial autiste dont le père cosmonaute est parti à la recherche de vie extraterrestre sur Neptune vingt ans plus tôt. 
Pour comprendre pourquoi la mission a échoué, il embarquerait à son tour pour un voyage spatial à travers le Système Solaire.

Le script est co-écrit par James Gray et Ethan Gross (Fringe), et si l'on en suit le site Deadline ce soir, après l 'inestimable Tommy Lee Jones (qui sera lep ère de McBride, le personnage de Pitt), c'est la sublime Ruth Negga qui serait en passe de rejoindre l'aventure.
Bref, on en salive d'avance, et le mot est faible. 

John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.