Hot Wheels

Jeremy Renner en vedette du film Hot Wheels signé Justin Lin ?


Le duo se reformerait cinq ans après Jason Bourne : L'Héritage...


La franchise Fast and Furious règne en maître sur le blockbuster pétaradant et motorisé, et les rares tentatives pour lui ravir son trône à Hollywood se sont toutes soldées par des échecs cuisants, le pourtant sympathique (et armé sur le papier) Need For Speed en tête.
Ce qui n'empêche pas les concurrents d'Universal d'y croire, alors que Dom et sa familia se sont montrés moins fort outre-Atlantique avec le huitième opus de leurs aventures (mais qui a tout de même dépassé le milliard de recettes à l'international).

Projet de longue date, le film Hot Wheels, logiquement basé sur les petites voitures célèbres du même nom (?!), ne semble pas avoir lésiné sur les moyens pour rencontrer le succès.
Après avoir embauché rien de moins que Justin Lin, papa des films Fast and Furious du troisième au sixième opus, le projet aurait enrôlé Jeremy Renner, si l'on en croit le site Deadline cette semaine.
Déjà passé derrière la caméra de Lin pour le mitigé Jason Bourne : L'Héritage (dont la suite est officiellement tombé à l'eau), le duo devrait donc se reformer volant à la main, et donner ainsi un gros coup d'accélérateur à un projet qui en a bien besoin.
" Pour moi, les Fast & Furious ne sont pas que des films de voitures. J'ai un fils de 8 ans qui joue avec des Hot Wheels tout le temps. Pour moi, c'est incroyable [de voir] les propriétés thérapeutiques et curatives de l'imagination. Ce sont des thèmes que je veux réellement explorer parce que j'avais ma propre relation avec les Hot Wheels quand j'étais enfant et maintenant je vois la même chose avec mon fils." Justin Lin
Wait and see donc, et même si la potentielle intrigue du film est encore tenue secrète (et ne devrait pas dépasser la taille d'une feuille de papier toilette Lotus), un petit blockbuster à grosses cylindrées avec Hawkeye en vedette, ça ne se refuse pas !

John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.