David Fincher

David Fincher prend officiellement les commandes de World War Z 2 !


Hell yeah !




Orphelin de metteur en scène depuis le départ de Juan Antonio Bayona, partie mettre en boite la très attendue sequelle de Jurassic World, la suite du succès inattendue - mais in fine mérité vu son développement heel - World War Z, patinait un brin dans la semoule.
Toujours porté par l'inestimable Brad Pitt, la production tentait depuis de longs mois maintenant, d'attirer dans ses filets le faiseur de rêve fétiche du comédien, le grand David Fincher, pour qu'il cornaque ce second opus, et le rendre encore plus alléchant qu'il ne l'est déjà.

Bonne nouvelle, si l'on suivait le site Vartiety en avril dernier, tonton Fincher, en panne de projet depuis quelques mois, était en passe de signer pour en être.
Mieux, le CEO de la Paramount, Jim Gianopoulos, était même déjà prêt à donner le feu vert pour que le film démarre sa production au plus vite. Imaginer le papa de Gone Girl à la tête d'un blockbuster apocalypto-horrifique à beau surprendre un brin - et le mot est faible -, gageons tout de même que ses associations avec Brad Pitt, n'ont donnés que des chefs d'oeuvres : Se7en, Fight Club et L'Etrange Histoire de Benjamin Button.
Rien n'était fait donc, mais la hype était là.

Et après près de deux mois de suspens, le couperet est bien tombé aujourd'hui : Fincher s'occupera bien de World War Z 2 et retrouvera Pitt pour la quatrième fois en vingt ans.
Alors même si ses expériences avec les grosses majors ne sont pas forcément très glorieuses, on croit énormément en cette suite, qui pourrait bien incarner l'un des popcorn movie les plus mémorables - et immanquables - des prochaines années à venir.


John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.