News

The Flash : Robert Zemeckis à la direction ?


Le duo DC/Warner frapperait un coup immense sur la concurrence...



Petit retour en arrière.
Il y a de ça une pige, le scénariste Seth Grahame-Smith se voyait offrir la réalisation du premier film The Flash, un projet plus qu'important dans la structure de la " phase 1 " DC-verse (et méchamment attendu au tournant vu son excellente version télé), qui incarnait également son baptême du feu derrière la caméra.
Peu de temps après, le bonhomme lâchait la production pour " divergences artistiques ", et se voyait illico remplacé par l'excellent Rick Famuyiwa.

Et si le projet avait plutôt bien avancé avec le papa de Dope, qui aurait bouclé la version définitive du script (un script à trois versions donc, les premiers jets étant signés par Phil Lord et Chris Miller, mais aussi Grahame-Smith) tout en ayant casté le love interest de Barry Allen/Ezra Miller, Iris West, en la jolie personne de Kiersey Clemons (déjà de Dope); Deadline contredisait furieusement cette affirmation en novembre dernier, en assurant de sources sûres le départ du projet de Famuyiwa.

Mais l'éclaircit vient toujours après la pluie, et après des mois dans le dur, le projet semble avoir repris du poil de la bête.
En effet, ScreenJunkies (chaîne Youtube) annonce ce soir que l'inestimable Robert Zemeckis serait actuellement en négociations, pour diriger le film et le sauver des limbes d'Hollywood, sachant qu'on imagine mal la péloche honorer sa date de sortie US toujours actée au 16 mars 2018.

Une news à prendre avec des pincettes, puisque El Mayimbe vient déjà de contredire l'information, sans doute sortie trop tôt sur la toile.


Reste que, imaginer tonton Zemeckis arriver en grande trombe dans le genre super héroïque, pour cornaquer les aventures du Flash, ça fout vraiment une trique de malade.
Et puis, qui dépote mieux que le papa de la trilogie Retour vers le Futur pour diriger les aventures de l'homme le plus rapide du monde, lui-même capable de remonter le temps ?


John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwoood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.