Box-Office

Box-office US du weekend du 28/04/2017 : Troisième semaine en tête pour Fast 8 !


En attendant l'arrivée en trombe de Star Lord et sa bande d'ici vendredi...


Si la péloche se paye un B.O. mondial canon (le milliard en un petit peu moins de vingt jours), force est d'avouer que le huitième opus de la saga Fast and Furious traîne la patte sur ses terres, avec un petit peu plus de 192M$ après vingt jours (192,7M$), incarnant le plus faible ratio de la saga depuis Fast Five.
Vu son budget maousse costaud de 250M$, le film cartonne mais aura beaucoup de mal à se rentabiliser outre-Atlantique, et c'est loin d'être un fait anodin sachant que la concurrence n'est pas folle ces jours-ci...

Côté nouveauté, la comédie How To Be a Latin Lover (12M$) s'offre la seconde place du podium devant le bouillant Baahubali 2 (10,1M$ avec dix fois moins de salles que Fast 8), là ou The Circle de James Ponsoldt, malgré un circuit de salles conséquent, doit se contenter de la quatrième place (avec 9,3M$).

En revanche, les toujours fringant Baby Boss (148,4M$ en cinq semaines, pour un budget de 75M$) et La Belle et la Bête (480M$ en sept semaines) n'en finissent plus de glaner du billet vert, ce dernier, déjà milliardaire à l'international, pourrait même atteindre la barre symbolique des 500M$ sur ses terres en fin de parcours.

Belle quatrième semaine également pour le film du génial Zach Braff, Going in Style, qui se rentabilise aisément (37,3M$ pour 25M$) et vient même gêner sur la même période, Les Schtroumpfs et Le Village Perdu (37,7M$).





1. Fast and Furious 8 (3) $19 389 780 $192 721 355
2.
How To be a Latin Lover (1) $12 018 500 $12 018 500
3. Baahubali 2 (1) $10 138 189 $10 138 189

4.
The Circle (1) $9 320 000 $9 320 000
5. Baby Boss (5) $9 050 000 $148 465 584
6. La Belle et la Bête (7) $6 400 000 $480 100 253
7Going in Style (4) $3 580 000 $37 319 770

8.
 Les Schtroumpfs et le Village Perdu (4) $3 315 000 $37 734 501
9. Gifted (3) $3 300 000 $15 830 825
10. Unforgettable (2) $2 345 000 $8 883 819

John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwoood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.