Box-Office

Box-Office US du weekend du 21/04/2017 : Fast and Furious 8 toujours leader !


Mais sans forcément briller...


Si la péloche se paye un B.O. mondial canon (900M$ en dix jours), force est d'avouer que le huitième opus de la saga Fast and Furious traîne la patte sur ses terres, avec un petit peu plus de 163M$ après dix jours (163,5M$), mais surtout 60% de spectateurs en moins sur son second weekend.
Vu son budget maousse costaud de 250M$, le film cartonne mais aura beaucoup de mal à se rentabiliser outre-Atlantique, et c'est loin d'être un fait anodin sachant que la concurrence n'est pas folle ces jours-ci...

En revanche, les toujours fringant Baby Boss (136,9M$ en un mois, pour un budget de 75M$) et La Belle et la Bête (471M$ en cinq semaines) n'en finissent plus de glaner du billet vert, ce dernier, déjà milliardaire à l'international, pourrait même atteindre la barre symbolique des 500M$ sur ses terres en fin de parcours.

Belle troisième semaine pour le film du génial Zach Braff, Going in Style, qui se rentabilise aisément (31,7M$ pour 25M$) et vient même gêner sur la même période, Les Schtroumpfs et Le Village Perdu (33,3M$).

Côté nouveauté, c'est Born to China qui tire son épingle du jeu (4ème avec 5,1M$), là où le couteux The Promise avec le duo Oscar Isaac/Christian Bale, se gamelle méchamment pour son arrivée dans les salles (4M$ pour 90M$ d'investissement).





1. Fast and Furious 8 (2) $38 682 095 $163 578 315
2.
Baby Boss (4) $12 750 000 $136 991 870
3. La Belle et la Bête (5) $9 973 000 $471 097 384

4.
Born in China (1) $5 147 000 $5 147 000
5. Going in Style (3) $5 005 000 $31 765 843
6Les Schtroumpfs et le Village Perdu (3) $4 850 000 $33 387 985
7. Unforgettable
 (1) $4 805 000 $4 805 000

8.
 Gifted (2) $4 500 000 $10 714 792
9. The Promise (1) $4 064 860 $4 064 860
10. The Lost City of Z (2) $2 147 379 $2 296 792


John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.