Bandes Annonces

Premier trailer pour Black Butterfly de Brian Goodman


Ou le remake US de l'excellent Papillon Noir de Christian Faure.



Dans la catégorie des remakes US que l'on a pas vu venir, Black Butterfly se pose bien là, en relecture ricaine de l'excellent thriller français Papillon Noir de Christian Faure avec Eric Cantona et Stéphane Freiss, sortie en 2008.
Ici, sous la houlette de Brian Goodman (Boston Streets), c'est les non moins talentueux Antonio Banderas (Nicolas Cage était un temps pressenti) et Jonathan Rhys-Meyer qui joueront les rôles-titres, aux côtés de la belle Piper Perabo et du grand Abel Ferrara.



Pour rappel, voici le long pitch du film original :
" Un restaurant de bord de route au coeur des monts du Vercors, un de ceux qui marque l'entrée des bourgs. En fond sonore, la télé révèle la disparition d'une jeune femme, une de plus, la sixième dans la région. Richard va y rencontrer Jack, une première rencontre singulière ou Jack va tirer Richard d'un mauvais pas... En guise de remerciement, Richard lui propose de l'héberger en échange du défrichage de son jardin. Ce que Richard ne sait pas, c'est qu'il vient de faire entrer le loup dans la bergerie... Autrefois scénariste a succès, il est aujourd'hui à bout de souffle, et doit vendre ses meubles pour survivre. Jack, passionné de cinéma, lui propose ses conseils, voire un coup de main. 

Il devient omniprésent, semblant deviner les moindres faits et gestes de Richard, jusqu'à ses pensées. II sait ce qu'il faut faire pour avoir un bon scenario ; il faut l'avoir vécu, il s'agira de raconter "leur histoire", celle d'un scénariste qui invite chez lui un homme qu'il soupçonne d'être le tueur qui sévit dans la région. A coup de non-dits et de sous-entendus, les deux hommes vont se lancer dans un jeu de rôle dangereux et violent, un jeu de rôle qui se révèlera un jeu de dupes ou personne n'est celui qu'il prétendait être."

John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.