Alita : Battle Angel

Jennifer Connelly rejoint le casting de Alita : Battle Angel signé Robert Rodriguez


Rodriguez continue de (très) bien s'entourer...



On aime énormément l'inestimable James Cameron, et même si le bonhomme semble focaliser toute son attention - et le mot est faible - sur sa franchise Avatar, au détriment d'autres projets comme celui, vieux de deux décennies, d'adapter le manga de Yukito Kishiro Alita : Battle Angel; projet qu'il a depuis laissé entre les mains de Robert Rodriguez.
En ayant fait sa prochaine réalisation ciné au budget conséquent - entre 175 et 200M$ ! -, le cinéaste mexicain fait doucement mais sûrement avancer la production en attendant une sortie prévue outre-Atlantique pour le 20 juillet 2018 (le film est actuellement en tournage).

Après avoir casté son héroïne, qui prendra les traits de la jolie Rosa Salazar (Man Seeking Woman, Le Labyrinthe - La Terre Brûlée), le site Variety annonçait le en novembre dernier que Rodriguez aurait possiblement trouvé l'autre personnage phare du projet, le docteur Ito - le " père " de Gally -, en la personne du génial Christoph Waltz; dont les personnages ambivalents sont clairement sa carte de visite depuis son arrivée à Hollywood.
Depuis, la liste de talents n'a fait que de se rallonger (Jackie Earle Haley, Ed Skrein, Keean Johnson, le merveilleux Mahershala Ali, Lana Condor et Eiza Gonzalez). 

Aujourd'hui, Deadline continue en confirmant que la belle Jennifer Connelly, vu tout récemment dans le brillant American Pastoral d'Ewan McGregor, vient de rejoindre le casting pour camper l'un des vilains de l'histoire.

Pour rappel, Battle Angel se situe dans un monde post-apocalyptique dans lequel un docteur en cybernétique découvre Gally, une cyborg ayant perdu la mémoire qu'il va transformer en chasseuse de primes/tueuse de cyborg criminels. Mais peu à peu, des souvenirs de sa vie passée refont surface…


John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwoood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.