Denis Villeneuve

Dune : Denis Villeneuve officiellement aux commandes du remake !


La SF majeure, c'est vraiment devenu son dada au Denis...


Alors que son brillant Premier Contact continue tranquillement son petit bonhomme de chemin dans les salles obscures (mais aussi dans la course aux statuettes dorées) et qu'il met actuellement un point d'honneur à sublimer notre fin d'année ciné 2017 avec la mise en boîte du méchamment attendu Blade Runner 2049; ce bon vieux Denis Villeneuve n'en fini plus de s'attacher à des projets aussi colossaux qu'ils sont bandants.

Si la rumeur enflait depuis plusieurs semaines, c'est désormais officiel : le cinéaste continue dans la SF majeur en s'attaquant - trente ans après - au remake du cultissime Dune de David Lynch, en adaptant à nouveau le best-seller de Frank Herbert pour Lionsgate, qui vient tout récemment d'en acquérir les droits.
C'est le fils même de l'écrivain qui a vendu la mèche sur Twitter, assurant que l'oeuvre volumineuse de son paternel (six volumes justement) devrait connaître plusieurs métrages dans les années à venir.



Un projet plus ambitieux tu meurs, et on souhaitera évidemment plus de chance à Villeneuve qu'à pu en avoir Alejandro Jodorowsky, qui s'est cassé les dents pendant dix ans sur cette adapation de l'oeuvre d'Herbert; au point mpême d'accoucher d'un fascinant documentaire sur cet échec (Jodorowsky'S Dune).
Pour rappel, voici le pitch de Dune, publié en 1970 :

" L’histoire débute en l’an 10191 après la création de la Guilde spatiale. 
L’empereur Shaddam IV exerce son pouvoir féodal sur tout l’univers connu. L’humanité a conquis une grande étendue de l’univers, notamment grâce à une mystérieuse substance dénommée « Épice » ou « Mélange »
L’Épice constitue un puissant stimulant cérébral et permet à certains humains de décupler leurs capacités psychiques. 
De plus, elle accroît considérablement la durée de vie et immunise le corps contre de nombreuses maladies. Son origine précise est un mystère et les quantités disponibles sont rarissimes ; elle est par ailleurs impossible à synthétiser. 
L'ensemble de ces paramètres lui confère une valeur monétaire particulièrement élevée. "

John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.