Drake Doremus

Premières images pour Newness de Drake Doremus


Oui, le papa de Like Crazy nous concocte un autre petit bijou pour 2017...



Si son Equals n'a pas eu la chance de pouvoir squatter un minimum les salles obscures en 2016 (une sortie en VOD puis une autre, plus discrète, dans les bacs), espérons que le quatrième long métrage du génial Drake Doremus, aura plus de chance - même si on en doute.

Mis en boite tellement rapidement que le film est totalement passé inaperçu sur les radars des cinéphiles que nous sommes, et alors qu'on pensait le cinéaste occupé à préparer sa nouvelle romance sur grand écran (qui aura pour vedette Charlie Hunnam et Léa Seydoux); le bonhomme surprend donc tout son monde aujourd'hui avec Newness, qui vient d'intégrer à la bourre, la sélection du prochain festival de Sundance.

Produit une nouvelle fois par Scott Free, écrit par Ben York Jones (Like Crazy et Breathe In), et porté par Nicholas Hoult (déjà du casting de Equals) et Laia Costa (le sublime Victoria de Sebastian Schipper), la péloche contera la vie d'un couple dans le Los Angeles d'aujourd'hui, et leur rapport avec les nombreux sites et applications de rencontre en lignes; véritable monde à part entière en pleine mutation.

" Nous sommes tous toujours sur nos téléphones - que nous commandions de la nourriture ou que nous soyons sur Amazon Prime - et le sexe et la séduction est devenu une extension de cela. D'une certaine façon, la thèse du film est la compréhension qu'une sorte de tension existe entre le bonheur et l'hédonisme " le producteur Michael  Pruss.

Mieux, Pruss assurerait même que Hoult offrirait une performance " très complexe et extrêmement mature ".
Doremus qui mixe son Like Crazy au brillant Her avec un Nicholas Hoult au meilleur de sa forme... qui a dit futur claque indépendante à ne manquer sous aucun prétexte ?



John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwoood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.