News

The Predator : Shane Black compare son reboot au Aliens de James Cameron !


De quoi nous faire, avouons-le, encore plus méchamment baver...



Un reboot de la franchise Predators, tant que ce n'est pas ce bon vieux Robert Rodriguez qui s'en occupe, pourquoi pas...
Parce qu'on l'a méchamment mal pris hein, cette blague de reboot de 2010, de la part du génial cinéaste Texan, bien meilleur cinéaste que producteur ces dernières années.
Hautement foireux malgré un casting il est vrai assez sympa pour une série B musclé (Adrien Brody, Topher Grace et Larry Fishburne en total roue-libre), Predators n'avait clairement pas réussi à faire oublier les deux premiers Predator, et encore moins la version originale, cultissime, signé par l'inestimable John McTiernan avec tonton Scwharzenegger en vedette.

N'ayant pas séduit aussi bien les cinéphiles endurcis que les spectateurs en salles, et après avoir copieusement été sali par l'autre franchise méchamment nanardesque Alien vs Predator (aussi bien le 1er opus signé Paul WS Anderson, que le second et fourre-tout Requiem); la Fox s'est donc une nouvelle fois sentie obligée de rebooter les pauvres extraterrestres chasseurs, au lieu de les laisser reposer en paix dans leur cercueil en colza.


Échoué à l''excellent scénariste et metteur en scène Shane Black, qui a réécrit le traitement signé par son poto Fred Dekker (The Monster Squad), et qui passera également derrière la caméra; force est d'avouer que ce retour à zéro nous fait sacrément bander sur le papier, tant le talent du Black (il était du casting du premier film de McTiernan - le fameux Hawkins et ses blagues pourries -, et tout au long de sa production, il n'a jamais voulu en réécrire le scénario...) n'est décemment plus à prouver.
« Ils m’ont  appelé et j’étais réticent. J’ai dit : ‘Écoutez. J’ai aimé ces films, mais nous avons pondu ces Alien vs Predator . Ils ont chacun coûté une certaine somme d’argent, ils sont corrects, mais c’est  juste qu’il n’y avait pas eu d’effort de fait pour les améliorer ou d’en faire une  sorte d’événement’. C’était juste un autre Predator.’ Alors ils ont  répondu : ‘Et si on te disait que nous voulons réinventer ça et le traiter vraiment comme un événement, ou faire autant de tralala que nous le ferions pour la préquelle de Alien, qui va également sortir ? Nous tenons vraiment à en faire quelque chose. Le type de film pour lesquels  les gens se bousculeraient’. J’ai dit : ‘Vraiment, vous allez dépenser  plein d’argent ?’ Ils ont répondu : ‘Ouais’. Puis, je leur dit : ‘En  faire un film de l’envergure d’un spectacle ?’ Ouais’. ‘Me***, ça m’a  l’air intéressant.’ »
« Je trouve le premier formidable, c’était concis, c’était un petit bijou parfait dans son genre. Je trouve qu’une expansion doit se faire. Je pense qu’ils m’ont approché dans cette idée-là. Ils m’ont demandé si je voulais faire un Predator en le traitant comme Iron Man 3, au lieu d’un autre petit film. J’ai répondu ‘Faisons-le bien cette fois.’ » Shane Black

Attendu dans les salles obscures US pour le 12 janvier 2018, le film fait parler de lui par le biais de Black himself, qui lors d'un podcast pour le site The Movie Crypt, annonce que ce quatrième opus de la franchise sera ni plus ni moins... que le Aliens de la saga !
" Si vous considérez que le premier Predator est l'équivalent d'Alien, alors le nôtre est Aliens. Ce n'est pas les Dix petits nègres. Il ne s'agit pas uniquement de tuer tous les personnages parce que nous en avons beaucoup, de mondes et d'idéologies très différents. Attention, je ne dis pas qu'ils viennent d'autres planètes. Il s'agit de beaucoup de monde qui fait beaucoup de choses dans beaucoup d'endroits. Il y a énormément de choses géniales dans le premier Predator mais c'est au final un film assez simple. Des gars arrivent dans la jungle, ils tombent sur un monstre, ils le combattent, ils se font tous tuer à part un et puis le monstre s'autodétruit et puis il y a une explosion nucléaire. "
" Simple, quoi. Notre idée c'est qu'on connait l'histoire mais qu'y a-t-il derrière le rideau ? Pourquoi ils sont là ? Que font-ils ? Quel est le plan d'ensemble ? Je pense que ce sont des questions auxquelles vous pouvez répondre, ou au moins les explorer, sans pour autant sacrifier le sentiment de peur. Et puis, si ça se trouve, leurs plans ont changé entre-temps." Shane Black
Oui, c'est qu'il sait salement bien le vendre son film, le Shane, et en faire l'une des plus grosses attentes des prochaines années...

John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.