Critiques

[CRITIQUE] : Un Homme à la Hauteur


Réalisateur : Laurent Tirard
Acteurs : Virginie Efira, Jean Dujardin, Cédric Kahn,...
Distributeur : Gaumont Distribution
Budget : -
Genre : Comédie, Romance.
Nationalité : Français.
Durée : 1h38min.

Synopsis :
Diane est une belle femme. Une très belle femme. Brillante avocate, elle a de l’humour et une forte personnalité. Et comme elle vient de mettre un terme à un mariage qui ne la rendait pas heureuse, la voilà enfin libre de rencontrer l’homme de sa vie. Le hasard n’existant pas, Diane reçoit le coup de fil d’un certain Alexandre, qui a retrouvé le portable qu’elle avait égaré. Très vite, quelque chose se passe lors de cette conversation téléphonique. Alexandre est courtois, drôle, visiblement cultivé... Diane est sous le charme. Un rendez-vous est rapidement fixé. Mais la rencontre ne se passe pas du tout comme prévu…



Critique :


Mine de rien, doucement mais surement, la sublime Virginie Efira devient une des figures féminines les plus présentes (et indispensables) du septième art hexagonale, ou elle trimbale sa sublime plastique au gré de comédies sympathiques (Une Famille à Louer mais surtout Caprice) ou encore de belles envolées romantiques (Le Goût des Merveilles).

La belle n'avait pas trainé pour nous revenir en 2016 avec le nouveau long métrage de Marion Vernoux (Les Beaux Jours), Et Ta Sœur, remake totalement avoué et calqué du joli Ma Meilleure Amie, Sa Sœur et Moi de Lynn Shelton; qu'elle éclaboussait par sa beauté et son habilité à jongler entre l'humour et l'émotion en un simple battement de cil.


Trois mois plus tard, la voilà déjà de retour avec un romcom encore plus ambitieuse, Un Homme à la Hauteur de Laurent Tirard, qui revient au genre qui l'a fait connaitre aux yeux des cinéphiles avec le sympathique Mensonges et Trahisons et Plus si Affinités...

Porté par un couple aussi séduisant que rôdé au genre - Efira et Jean Dujardin -, et un pitch pétri de promesse - il est le remake français du film argentin Corazon de Leon de Marcos Carnevale -; la péloche avait pour but de non seulement dynamité une genre en pleine renaissance dans l'hexagone, mais également de se frayer une place non-négligeable dans des salles obscures hexagonales qui ont rarement été aussi bourrées jusqu'à la gueule de films en tout genre.

Un Homme à la Hauteur suit l'histoire de Diane, belle et brillante avocate, qui vient tout juste de mettre un terme à un mariage qui ne la rendait pas heureuse.
Libre de rencontrer l’homme de sa vie - et le hasard n’existant pas -, Diane reçoit le coup de fil d’un certain Alexandre, qui a retrouvé le portable qu’elle avait égaré.


Très vite, quelque chose se passe lors de cette conversation téléphonique.
Alexandre est courtois, drôle, visiblement cultivé, tout pour faire tomber Diane sous le charme.
Un rendez-vous est rapidement fixé, mais la rencontre ne se passe pas du tout comme prévu pour la séduisante avocate…

Honnête artisan même si ses adaptations de classiques nous ont pas franchement convaincu (que ce soit aussi bien son Petit Nicolas que son Astérix et Obélix : Au Service de sa Majesté !), Laurent Tirard s'appuie donc de nouveau sur un matériau de base à la solidité prouvée pour signer une belle comédie romantique sur la différence, aussi osée que rafraichissante dans sa mise en image léchée (les effets spéciaux sont exceptionnels) et à la verve enthousiasmante, d'une love story surprenante, un peu gauche voir pataude (on joue tout du long sur la petite taille d'Alexandre, au risque d'être assez (trop) lourd) mais joliment touchante.

Faussement superficiel, malin dans son traitement romantique d'une relation à " handicap " (qui s'attache aussi bien du point de vue de la femme gênée par le regard des autres que du petit homme ne souffrant nullement de sa taille), juste dans son émotion sans pour autant tomber dans les écueils faciles du pathos de supermarché, drôle (la relation houleuse entre Alexandre et l'ex-mari de Diane, Bruno, vaut son pesant de pop corn) même si l'humour est moins présent qu'espérer - on n'est pas chez les potaches frangins Farrelly, dommage -; Un Homme à la Hauteur joue pleinement la carte du burlesque et du quiproquos amoureux et doit grandement sa réussite à un casting vedette qui se complète à la perfection.


Véritable objet de désir de la gente masculine, la tendre Virginie Efira irradie le film de sa beauté tandis que l'excellent Jean Dujardin, désopilant et attachant, campe avec malice un riche et brillant prétendant d'1m35 à la gentillesse presque naïve.
Leur alchimie est des plus convaincantes et le cinéaste tire judicieusement parti de leur couple à l'écran.
A leur côté, le trop rare Cédric Kahn, campe un génial ex-mari qui ne fait pas de cadeau au nouveau courtisan de son ancienne compagne.

Romcom moderne sur la différence et la tolérance, classique tout en étant fraiche et jouissive, si Un Homme à la Hauteur n'est décemment pas la comédie française de l'année (elle est au moins dans le Top 5, avec La Tour 2 Contrôle Infernale, Five ou encore Pattaya), elle n'en est pas moins une belle bulle de légèreté follement nécessaire au sein d'un mois de mai chargé et aux douces résonances Cannoise.

Bref, un petit film sympathique sans prétention qui fait du bien, tout simplement.


Jonathan Chevrier



John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.