Critiques

[CRITIQUE] : Tout Pour Être Heureux


Réalisateur : Cyril Gelblat
Acteurs : Manu Payet, Audrey Lamy, Aure Atika, Jaïa Caltagirone, Rafaele Gelblat,...
Distributeur : Mars Distribution
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h37min.

Synopsis :
Antoine, bientôt quarantenaire, dilettante, égoïste et insatisfait ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans.Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain.Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu. Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ».Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille…
 


Critique :


Force est d'admettre qu'il s'est définitivement passé quelque chose dans la carrière du très (oui, il l'est) drôle Manu Payet depuis sa prestation dans l'excellent Radiostars de Romain Levy.
Un simple déclic déjà amorcé dans l'un des segments du film à sketchs Les Infidèles pour certains, le franchissement d'un palier supérieur au sein du giron des comédiens made in France pour les yeux les plus observateurs (dont nous).

Car au-delà d'incarner l'un des seconds couteaux les plus attachants de la comédie hexagonale depuis près d'une décennie maintenant, ce touche-à-tout de l'humour avait su démontrer l'espace de quelques scènes (et plus encore que dans Nous York) qu'il n’était pas qu'un simple déconneur parmi tant d'autres.


Confirmation peu de temps après avec son premier passage derrière la caméra pour Situation Amoureuse : C'est Compliqué, romcom tendre et rafraichissante qui arrivait à renouveler avec malice un genre ultra-balisé à coups de références bien senties et de personnages principaux aussi sincères que joliment croqués.
Un bon petit bonbon acidulé sans prétention autre que de divertir son spectateur, qui fondait dans le cœur des cinéphiles et non pas sur sa pellicule.

Une réussite qui le mena - finally - à faire le grand pas vers un vrai premier rôle d'envergure, celui qu'il trouva dans le sympathique Un Début Prometteur - second long métrage d'Emma Luchini -; ou celui d'un un auteur alcoolique en instance de divorce qui doit faire un retour forcé au sein du logis paternel.
Éblouissant en poivrot/boulet philosophe et désabusé qui sort à peine de cure, le comédien s'offrait ni plus ni moins que la performance la plus juste et touchante jusqu'à ce jour, malheureusement complétement passer à côté des radars un brin bourré d'une académie qui aurait très bien pu le nommer lors des derniers César (y'a toujours la place pour une bonne nomination).

A peine le printemps pointant le bout de son nez que le voilà en vedette d'un second long métrage de cinéaste prometteur, Tout Pour Être Heureux de Cyril Gelblat (Les Murs Porteurs), ou la mise en image ambitieuse du roman Un Coup à Prendre du journaliste Xavier De Moulins; et pour lequel Payet fera face à la pétillante Audrey Lamy et la - toujours - sublime Aura Atika.


Dans la péloche, le Manu y campe Antoine, bientôt quarantenaire, dilettante, égoïste et insatisfait, qui ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans.
Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain.
Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu.

Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ».
Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille…

En producteur musicale dont l'irresponsabilité lui coute aussi bien son mariage que sa vie de couple, Manu Payet est parfait en adulescent/futur quarantenaire en crise, rôle qu'il semble connaitre sur le bout des doigts, et paye joliment le luxe de porter sur ses larges épaules un divertissant moment de cinéma dont il est sans conteste l'attraction principale.


Belle dramédie familiale douce-amère sur la génération des trentenaires éternellement insatisfaits doublé d'un vrai regard sur la société de consommation contemporaine (la société 2.0, la fragilité des couples d'aujourd'hui,...), Tout Pour Être Heureux est une prenante et empathique quête vers la rédemption d'un père trop vite conscient de ce qu'il a perdu dans sa tentative veine de trouver le bonheur ailleurs que dans son cocon familiale.
On ne connait la valeur d'une chose qu'une fois qu'on l'a perdu.

Drôle et (très) tendre, sincère dans ses émotions - tout autant que dans sa critique sociale - et jamais réellement là ou on l'attend, porté par un casting vedette épatant de justesse (Payet est formidable, Audrey Lamy trouve ici son meilleur rôle, Aura Atika est parfaite en sœur marieuse et Jaïa Caltagirone et Rafaele Gelblat sont terriblement craquantes); le film de Cyril Gelblat est une belle bouffée d'air frais au sein d'un mois d'avril chargé en péloches en tout genre.

Entre rires et larmes, Tout Pour Être Heureux est sans conteste l'un des feel good movie du moment, voir même l'un des feel good movie de 2016, tout simplement.


Jonathan Chevrier



John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.