Critiques

[CRITIQUE] : Les Visiteurs - La Révolution


Réalisateur : Jean-Marie Poiré
Acteurs : Christian Clavier, Jean Reno, Marie-Anne Chazel, Franck Dubosc, Karin Viard, Sylvie Testud,...
Distributeur : Gaumont Distribution
Budget : -
Genre : Comédie.
Nationalité : Français.
Durée : 1h50min.

Synopsis :
Bloqués dans les couloirs du temps, Godefroy de Montmirail et son fidèle serviteur Jacquouille sont projetés dans une époque de profonds bouleversements politiques et sociaux : la Révolution Française... Plus précisément, la Terreur, période de grands dangers pendant laquelle les descendants de Jacquouille La Fripouille, révolutionnaires convaincus, confisquent le château et tous les biens des descendants de Godefroy de Montmirail, aristocrates arrogants en fuite dont la vie ne tient qu'à un fil.


Critique :



A l'heure ou Hollywood ne jure que par les franchises rallongées à outrance, voir débarquer dans l'hexagone un troisième opus aussi improbable qu'effrayante sur le papier, du diptyque Les Visiteurs - déjà salement entaché par un remake US qui puait le pâté -, laisse franchement songeur quand à la volonté du cinéma français à produire des comédies " originales ".

Deux mois avant un tout aussi redouté Camping 3, Les Visiteurs - La Révolution, suite direct au déjà très bancal Les Visiteurs 2 : Les Couloirs du Temps, s’attache donc à non seulement nous resservir dix-huit ans plus tard, du okay et du gourdasse comme si le temps qui puire n'avait pas eu d'emprise sur le Jacquouille et Godefroy (physiquement, l'illusion ne fait pas long feu); mais également un melting-pot comico-générationnel voulant malhonnêtement racoler du spectateur en masse dans les salles obscures.


Est-ce que le tout tiendrait finalement la route ?
Est-ce que le ridicule ne tuerait pas pour de bon deux des comédiens les plus populaires et vénérés du septième art français, toujours capable de faire péter le box-office avec un bon matériau ?

Balancé en pleine Révolution Française (sujet il est vrai, plutôt fertile pour l'humour), et surtout en pleine terreur - titre original - et avec le même pitch originel (tout faire pour revenir au XIIeme siècle); La Révolution s'inscrit dans la droite lignée des Couloirs du Temps, en incarnant une comédie drôle mais pas délirante, plus satire sociale (même si le questionnement et le rapport à la société contemporaine reste très en surface) qu'aventure réellement originale et fantaisiste comme le premier opus.

Une suite généreuse mais poussive dans la généralité (c'est écrit à la va-vite et ça se sent), qui masque la simplicité évidente de son scénario par une accumulation de gags plus ou moins bien senties et une pluie de seconds couteaux (Karin Viard, Sylvie Testud et Pascal N'Zonzi en tête) à l'enthousiasme certain.


Véritable Clavier show (comme pour le second) avec un Reno en retrait, techniquement irréprochable (c'est bien filmé, le soucis du détail sur les costumes et la reconstitution est remarquable), rattrapant avec malice le soucis de l'âge avancé de ses héros mais très bavard et sans scènes véritablement culte dans sa besace - on pisse pas de rire à foison et on ne se frotte pas le fessard à sa vision -; Les Visiteurs - La Révolution c'est pas merdasse qui a mal vieilli mais c'est un laideron bien bon, dont on attendait finalement pas grand chose et qui fait habilement le boulot.

Le final, très ouvert et osé, laisse même présager une volonté pas forcément inspirée d'offrir une nouvelle aventure dans un futur plus ou moins proche, aux deux héros voyageurs du temps.
Pourquoi pas, tant qu'elle ne met pas près de deux décennies pour arriver faussement " à maturation ".


Jonathan Chevrier

John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.