Divergente 4

Le dernier opus de la franchise Divergente en péril ?


Ça ne sent vraiment pas très bon pour la suite des aventures de Tris et Four...




Phénomène assez inexplicable, à mesure que la franchise plus ou moins à succès Divergente voit sa qualité croitre (toute propension gardée) au fil des opus, son succès en salles lui, diminue à vue d’œil.
Ce weekend outre-Atlantique, avec un tout petit peu moins de 30M$ (29,05M$), Au-Delà du Mur a fait presque moitié moins que le 1er film Divergente au moment de sa sortie en 2013 - 54,6M$ -, qui était déjà un petit cran au-dessus d'Insurrection - 52,3 M$.

Pour Lionsgate, producteur de la chose, c'est la grosse goute de pisse qui a fait déborder la cuvette des chiottes.
Après le gros four commercial Gods of Egypt (même pas encore sortie dans l'hexagone), voir sa wannabe poule aux œufs d'or se ramasser les pieds dans le tapis est une déception qui ne peut être pleinement encaisser.
En effet, si l'on en suit le Hollywood Reporter aujourd'hui - qui s'appuie sur une source au sein du studio -, Lionsgate aurait décidé de sévir en amputant la production du dernier opus d'une bonne poignée de billets vert.

Plusieurs millions de dollars - la somme n'est pas précisée - qui risque de peser pour beaucoup dans le rendu final du film (bourré jusqu'à la gueule d'effets spéciaux), qui avait déjà tout récemment perdu son metteur en scène sur les deux derniers épisodes en date, Robert Schwentke - depuis remplacé par Lee Toland Krieger (Adaline).
Dans un soucis de limiter la casse et d'engranger plus de profits (moins d'investissements ne veut pas pour autant dire plus de profits), la franchise Divergente aura donc un final un brin au rabais, même si cela n'influencera en rien la viabilité de sa production, son tournage étant toujours prévu pour cet été.
Sale temps pour Tris et sa bande...

Actuellement en salles dans l'hexagone, vous pouvez retrouver notre critique de Divergente 3 : Au-Delà du Mur ici.



John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.