Annabelle 2

Annabelle 2 a trouvé son réalisateur


Soit David F. Sandberg, dont le premier long n'a pas encore atteint nos salles obscures...



Dans la catégorie grosse purge intersidérale, Annabelle, spin-off de l'excellent The Conjuring de James Wan se posait bien là, tant sa qualité proche du DTV de luxe (pour être poli) frisait lourdement avec l'indécence du mauvais gout là ou l'autre poupée qui tue Chucky, revenait justement d'entre les morts avec un excellent DTV Curse of Chucky.

Risible à souhait, la péloche avait pourtant cartonnée dans les salles obscures au moment de sa sortie, récoltant le score totalement incompréhensible de 245M$ au box-office mondiale, pour 6,5M$ de budget.
Contente de son casse du siècle, la Warner avait émise l'idée de mettre en boite dans un futur proche une suite des aventures de la poupée aussi hideuse que maléfique.

Résultat, pile-poil une pige plus tard, la major avait confirme que l'on aura bel et bien droit à un Annabelle 2, pour le moment sans pitch pré-établi, mais l'on suppute déjà que la chose - qui ne devrait pas mettre cent ans à se tourner - devrait emboiter le pas de Conjuring 2 dans les salles obscures mondiales, ce dernier (toujours signé James Wan), actuellement en post-production, étant déjà prévu pour le 29 juin prochain.

Aujourd'hui, le site Empire annonce que David F. Sandberg (Light Outs, en salles d'ici aout prochain), vient d'être engagé pour signer cette suite - toujours scénarisé par Gary Dauberman -, que la Warner espère sortir pour mai 2017 outre-Atlantique.
Voilà, voilà.

Pour les plus sadomasochistes d'entre-vous, on vous conseille de faire un petit tour sur notre critique d'Annabelle premier du nom ici, en espérant que l'on vous dissuadera de le découvrir (ou le ré-découvrir).
Sinon, vous êtes vraiment digne de vous faire torturer par la bande de cenobites de ce bon vieux Pinhead...

John Chevrier

Plus ou moins fils spirituel du Dude et du Zohan réunis, cinéphile/cinévore/cinémaniaque convaincu depuis mon premier battement de cils, je voue un culte sans borne à Sylvester Stallone. Biberonné aux séries B, les salles obscures sont mes secondes maisons et je fonds comme un vampire au soleil sans ma dose quotidienne de bonnes péloches.
Mes maîtres absolus : Carpenter, Spielberg, Kubrick, Cameron, Eastwood, Milius, Mann, Scorcese et Nolan.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.