Critiques

[CRITIQUE] : Spy


Réalisateur : Paul Feig
Acteurs : Melissa McCarthy, Jude Law, Jason Statham, Rose Byrne, Miranda Hart, Allison Janney, Bobby Cannavale,...
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Budget : -
Genre : Comédie, Action.
Nationalité : Américain.
Durée : 2h00min.

Synopsis :
Susan Cooper est une modeste et discrète analyste au siège de la CIA. Héroïne méconnue, elle assiste à distance l’un des meilleurs espions de l’agence, Bradley Fine, dans ses missions les plus périlleuses. Lorsque Fine disparaît et que la couverture d’un autre agent est compromise, Susan se porte volontaire pour infiltrer le redoutable univers des marchands d’armes et tenter d’éviter une attaque nucléaire…


Critique :


Le triomphe comique de la déjanté Melissa McCarthy peut décemment se résumer en trois petits mots pourtant hautement révélateurs - hilarant, consécration et triomphe.

Hilarant parce que jusqu'à maintenant, la comique US bien en chair a participé à quelques-unes des péloches les plus drôles de ces dernières années venues du pays de l'oncle Sam (Mes Meilleures Amies, Les Flingueuses, Arnaque à la Carte et, même si il était un chouïa décevant, Very Bad Trip 3), tout en se payant le sacré luxe, justement, de toujours y incarner l'élément déclencheur des plus francs fous rires.


Consécration, parce que sur deux de ses trois sorties annuelles, en plus de tenir la vedette de l'excellente série CBS Mike & Molly, la madame a chopée plusieurs rôles-titres.
Pas mal pour une actrice n'ayant véritablement percé dans le business que " depuis " quatre ans et le délirant Mes Meilleures Amies.

Et enfin triomphe, pour la simple et bonne raison que toutes ses sorties - hors le flop Tammy - ont explosées le box-office US, caracolant toutes à plus de 100 millions de dollars.
Le dernier en date, Spy justement, étant bien en passe de finir sa carrière aux alentours de cette barre si prisée des majors.

Difficile donc de ne pas, encore une fois, la considérée comme l'élément majeur du succès de ce nouveau long signé Paul Feig - son réalisateur fétiche -, même si le casting convoqué par le bonhomme est indécent de talents (Jude Law, Jason Statham, Rose Byrne ou encore la précieuse Allison Janney et Bobby Cannavale).


Pur comédie d'action singeant les aventures de James Bond et Cie, Spy suit l'histoire de Susan Cooper, une modeste et discrète analyste au siège de la CIA.
Héroïne méconnue, elle assiste à distance l’un des meilleurs espions de l’agence, Bradley Fine, dans ses missions les plus périlleuses.

Lorsque Fine disparaît et que la couverture d’un autre agent est compromise, Susan se porte volontaire pour infiltrer le redoutable univers des marchands d’armes et tenter d’éviter une attaque nucléaire…

Toujours jouissivement burlesque et décalée comme tout bon film de Paul Feig (dont on espère ardemment qu'il abandonne son projet de remake/reboot de SOS Fantômes), après avoir joliment taquiné du bout de la pellicule le buddy cop movie avec Les Flingueuses, le bonhomme - qui met encore une fois la figure féminine en avant -s'amuse ici avec les clichés et les codes du films d'espionnage, rappelant fortement d'ailleurs - et de manière évidente - la saga James Bond (jusque dans on générique d'ouverture), dans un enchainement du bon gout au second degré totalement assumé.


L'essentiel de toute pur pastiche est donc bien là, les gags, visuels ou verbaux (on se délecte de voir les héros bousillés constamment leurs couvertures), font très souvent mouches et les punchlines démentes sont légion même si Feig n’oublie jamais de souligner l'aspect sérieux - et même parfois assez sombre - de son intrigue (une éternelle lutte entre les espions de la CIA et des marchands d'armes nucléaires), l'humour servant de manière équilibré l'intrigue et non l'inverse.

Déjanté, maitrisé (les scènes d'action sont très réussites), au pitch intelligemment simpliste et ne se prenant jamais au sérieux, la vraie force de Spy cependant réside dans le duo improbable mais définitivement génial qui lie la gouaille sans pareil de McCarthy - physiquement à des années lumières de l'idée que l'on se fait d'un agent secret - et le charisme (pour une fois) gauche, baratineur et macho d'un drôlissime Jason Statham, à qui la comédie scie finalement à merveille.

Rien que par la force de leur interprétation délirante, ils font de la péloche la comédie la plus immanquable du moment, même si, cerise sur le gâteau, le reste du casting, de Jude Law (parfait en espion charmeur) à Miranda Hart en passant par Bobby Cannavale (génial en agent italien so cliché et amoureux des poitrines généreuses), font excellemment bien le job.


Finement dans l'air du temps (les espions ont la côté, Kingsman hier, Mission Impossible : Rogue Nation, 007 Spectre demain), Spy est une excellente et hilarante comédie aux personnages attachants et drôles magnifiquement interprétés, mais clairement un candidat des plus sérieux au titre de comédie de l'été, en attendant que Seth MacFarlane mette tout le monde d'accord (ou pas) avec son furieusement attendu Ted 2...


Jonathan Chevrier

John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.