Adrien Brody

[CRITIQUE] : Puzzle

Réalisateur : Paul Haggis
Acteurs : Liam Neeson, Olivia Wilde, Mila Kunis, James Franco, Adrien Brody, Kim Basinger, Maria Bello,...
Distributeur : Synergy Cinema
Budget : -
Genre : Drame, Romance.
Nationalité :  Allemand, Américain, Belge, Britannique.
Durée : 2h17min.

Synopsis :
Puzzle raconte trois histoires d’amour, de passion, et de trahison qui se déroulent à New York, Paris et Rome.
Trois histoires qui vont se révéler liées par un secret…


Critique :

Célébré pour avoir été l'auteur du script du bouleversant Million Dollar Baby de l'immense tonton Clint Eastwood, force est d'admettre que sans faire le cinéphile fine bouche, le cinéaste Paul Haggis n'a pas réellement su faire perdurer dans le bon sens, son potentiel capital sympathie pourtant si brillamment gagné auparavant.

Pire, sa consécration au sein de l'industrie en 2006, avec le très choral mais bancal Collision (trois statuettes aux Oscars), tout simplement le plus haut sommet de sa carrière, aura même été méchamment critiqué - pour être poli - par les spectateurs les plus endurcis.

Et ce n'est malheureusement pas son pourtant superbe remake du puissant Pour Elle de Fred Cavayé, Les Trois Prochains Jours, avec un Russell Crowe magnétique et impliqué et une Elizabeth Banks (enfin) dans un rôle des plus sérieux, qui allait inverser pour de bon la tendance.


Quoi de plus normal donc que nous nous armions de prudence à l'annonce de la sortie en salles de son nouveau long, Third Person aka Puzzle par chez nous, pour lequel il retrouve Olivia Wilde et Liam Neeson après Les Trois Prochains Jours.

Surtout que le bonhomme semble avoir ressorti pour l'occasion, toute la panoplie de la recette mitigée et pas forcément toujours digeste de Collision, à savoir une intrigue chorale ou plusieurs histoires se croisent et s'entrecroisent par la force d'un dénominateur commun, dont l'évidence n'est visible qu'en tout fin de métrage.

Puzzle donc, ou l'histoire de trois love story justement, emplit de passion et de trahison qui se déroule dans trois des plus belles et romantiques villes du monde : New-York, Paris et Rome.
Michael, écrivain lauréat du Prix Pulitzer, s'est enfermé dans sa suite d'un hôtel parisien pour achever son dernier roman.
Il a récemment quitter sa femme Elaine, et il entretient une relation orageuse avec Anna, une jeune romancière ambitieuse.

Scott, homme d'affaire peu scrupuleux, est en Italie pour voler leurs modèles à des maisons de couture.
Alors qu'il cherche un restaurant, il tombe sur Monika, tzigane d'une beauté à couper le souffle, qui s’apprête à récupérer sa petite fille.
Mais quand elle s'aperçoit qu'on lui a volé l'argent qu'elle avait économisé pour payer le passeur, Scott se sent obliger de lui venir en aide.
Ils mettent alors le cap sur une ville du sud de l'Italie mais Scott commence à se demander si il n'est pas la victime d'une escroquerie.


Julia, une ancienne actrice de feuilletons télé, se bat avec son ex-mari Nick, célèbre artiste new-yorkais, pour obtenir la garde de son fils de six ans.
Entre la suppression de sa pension alimentaire et ses frais d'avocat, elle en est réduite à travailler comme femme de chambre dans l'hôtel de luxe ou elle avait l'habitude de séjourner autrefois.
L'avocate de Julia, Theresa, a réussi à lui obtenir l'audience de la dernière chance dans l'espoir de se voir enfin confier la garde de son fils.

Trois histoires qui vont se révéler liées par un secret...

Qui dit copie-claque de structure narrative bancale mais au succès prouvé, dit obligatoirement ragoût scénaristique difficilement digeste à l'arrivée, surtout si le cinéaste ne prend même pas l'effort de transcender une histoire cherchant à capter une émotion instantanée à défaut d'être toujours bouleversante voir même sincère.

Tout le long, Harris dirigera son spectateur, certes souvent maladroitement, ou bon lui semble, à savoir une vue carte postale totalement clichés (mais agréable) de Paris, New-York et même Rome, ou plusieurs vies se mélangent et se croisent -mais pas vraiment - sans que l'on ne sache trop réellement pourquoi, jusqu'à un final révélateur trop facile et même un brin vain.


Alors on l'a bien compris, avec son ambitieux Puzzle (titre moins adéquat que Third Person bien plus juste et évocateur), Haggis se veut comme le papa d'une chronique sur les difficultés d'une vie et la survie relationnelle (la question de l'amour sous toutes ses formes, de la confiance, blablabla...), mais à force de trop vouloir jouer sur la corde sensible et dramatique - malgré un casting de talents totalement voué à sa cause -, à coups de dialogues lourds et d'une mosaïque narrative sur-écrite, son propos ne fait jamais mouche.

Pire même, on en vient très vite à douter de son bien fondé.
Et ce ne sera pas ses effets de montages un poil étonnant, et l'émotion palpable que véhicule certains acteurs (mentions spéciales pour les partitions réussites de Liam Neeson, Adrien Brody et la jolie Mila Kunis) qui sauvera le spectateur de l'ennui.

Preuve si il en est que ce n'est pas toujours une bonne idée de vouloir persister dans un même genre, cinéaste aussi talentueux que l'on est...


Jonathan Chevrier


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.