Adaptation

Scarlett Johansson en vedette de l'adaptation de Ghost in The Shell par Rupert Sanders ?


ScarJo resterait dans le cyber universe après Lucy, ou elle fini en (chut !)...


La Warner s'était déjà tenter à l'adaptation live de manga culte, on se rappelle tous du calvaire Akira de Katsuhiro Otomo, projet hautement douteux qui serait malheureusement en bonne voie pour renaitre un de ses quatre (mais qu'on pisse sur ses cendres bordel, là on est sur qu'il sera mort pour de bon !).

Et bah malgré cette déconvenue, Hollywood s'entête et c'est Dreamworks qui persiste en touchant à nouveau à l'intouchable, Ghost in The Shell de Masamune Shirow, que le scénariste William Wheeler aurait déjà passer sous la moulinette de sa plume.

Mais pire encore, s'est déjà trouvé un réalisateur prêt à cornaqué la bande, Rupert Sanders, qui n'a pour le moment que le plus ou moins correct Blanche-Neige et le Chasseur dans sa besace de cinéaste.
Un choix logique dans le sens ou le lascar est en pleine préparation d'un biopic sur Napoléon Bonaparte sauce Scarface pour eux également (oui, vous lisez bien, un Tony Napoléon Bonaparte, soit une épopée de guerre bourrée à la colombienne en plein Waterloo).

Preuve que le projet est en bonne voie, le site Deadline assure aujourd'hui que la major chercherait à enrôler ni plus ni moins que Scarlett Johansson pour prendre le rôle-titre de Motoko Kusunagi (qui ne devrait plus avoir le même nom du coup).
Rôle un temps pensé pour la (très) jolie Margot Robbie, visiblement pas assez bankable pour un tel projet, puisque pour engager la Lucy de Besson, Dreamworks serait prêt à lâcher la somme rondelette de 10M$.
Le genre de chèque qu'on ne peut décemment refuser sans réfléchir un brin...

En attendant, on vous conseille vivement de vous remater ce chef d’œuvre d'animation, dont voici le pitch original :

Dans un Japon futuriste régi par l'Internet, le major Motoko Kusunagi, une femme cyborg ultra-perfectionnée, est hantée par des interrogations ontologiques. Elle appartient, malgré elle, à une cyber-police musclée dotée de moyens quasi-illimités pour lutter contre le crime informatique.
Le jour où sa section retrouve la trace du 'Puppet Master', un hacker mystérieux et légendaire dont l'identité reste totalement inconnue, la jeune femme se met en tète de pénétrer le corps de celui-ci et d'en analyser le ghost (élément indéfinissable de la conscience, apparenté à l'âme) dans l'espoir d'y trouver les réponses à ses propres questions existentielles...



John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.