André Dussolier

Nouveaux posters pour l'attendu nouvelle version de La Belle et la Bête signée Christophe Gans


C'est qu'elle envoie sacrément du lourd visuellement - mais pas forcément niveau interprétation -, cette nouvelle adaptation du conte de La Belle et la Bête, signé par le papa du Pacte des Loups le français Christophe Gans, qui trouve enfin matière à un nouveau film, huit ans après l'excellent Silent Hill mais surtout après une succession d'occasions manquées (une adaptation de Rahan avec Marc Dacascos dans le rôle-titre, ou encore le remake de Fantomas avec Vincent Cassel en lieu et place de Jean Marais).


" L'histoire de cette nouvelle adaptation des écrits de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont se déroulera en 1720.
Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné (André Dussolier) doit s'exiler à la campagne avec ses six enfants.
Parmi eux se trouve Belle (Léa Seydoux), la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce.
Lors d'un éprouvant voyage, le marchand découvre le domaine magique de la Bête (Vincent Cassel) qui le condamne à mort pour lui avoir volé une rose.

Se sentant responsable du sort qui s'abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père.
Au château de la Bête, ce n'est pas la mort qui attend Belle, mais une vie étrange ou se mêlent les instants de féerie, d’allégresse et de mélancolie.
Chaque soir, à l'heure du diner, Belle et Bête se retrouvent.
Ils apprennent à se découvrir, à se dompter comme deux étrangers que tout oppose.
Alors qu'elle doit repousser ses élans amoureux, Belle tente de percer les mystères de la Bête et de son domaine... "


Semblant puiser aussi bien dans l'adaptation de Jean Cocteau (avec Jean Marais) que dans celle de Disney, ce Belle et la Bête cuvée 2014 a tout pour en lui pour incarner un futur classique en puissance, surtout que le budget (33 millions d'euros) est pour une fois à la hauteur des larges ambitions de Gans.

Comme la précisé Vincent Cassel pour le site Collider en mai dernier pendant la promotion du génial Trance de Danny Boyle, le film sera ouvert à tout public, même les enfants et la fameuse Bête sera modélisé via la technologie de la performance capture.


" La Belle et la Bête est un gros film français. C'est l'une des plus grosses productions européennes de 2013 en fait. Léa Seydoux jouera la Belle et moi je serais la Bête. Le film n'est pas fini. Il manque encore beaucoup d'effets visuels qui sont faits ici, à Los Angeles, pour faire le visage de la Bête. "

" C'est un film adapté du roman d'origine. Cela n'aura pas grand chose à voir esthétiquement avec le film de Jean Cocteau, en noir et blanc. Je peux vous dire que c'est un film que les enfants pourront aller voir. Mais je peux vous assurer également qu'il y aura un second degré de lecture. Si je devais faire un rapprochement, je le comparerais aux films de Miyazaki. "

Rien que ça !
Également au casting, nous retrouverons Eduardo Noriega, Myriam Charleins, Audrey Lamy, Sara Giraudeau et Jonathan Dermurger.
Le film sort mercredi prochain, le 12.



John Chevrier

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.