Asa Butterfield

Nouvelles affiches pour La Stratégie Ender


Alors qu'avant Harry Potter, adapté du bouquin de mioches/ados ça faisait has been, il faut croire qu’après les milliards amassés au Box-office par le petit sorcier, mais également Bella, Katniss et compagnie, c'est devenu le truc à la mode que si t'es un studio et que t'en produit pas au minimum un, c'est que t'as rien compris au cinéma (morale Hollywodienne bien sur).

Du coup Summit, qui en a déjà terminer avec ses " Toilettes " étirés à rallonge, s'assure de nouveau de bonnes rentrées de billets vert en produisant un autre phénomène littéraire au potentiel franchisable, Ender's Game aka La Stratégie Ender, roman culte d'Orson Scott Card publié en 1985, inspiré de sa propre nouvelle publié en 1977 dans le magazine Analog.
Une suite sera d'ailleurs balancé un an plus tard dans les librairies, La Voix des Morts et fera partie avec l'opus d'origine de ce qu'on appelle Le Cycle d'Ender.

Pour faire court, le dit bouquin est considéré comme un classique de la SF littéraire, rien que ça, du coup si Summit muscle un minimum son jeu, on risque d'être agréablement surpris par ce que risque de donner cette adaptation, surtout que Wolfgang Petersen s'y est cassé les dents durant de longues années, sans succès.
Cette fois, c'est Gavin Hood (les excellentes Mon Nom est Tootsie et Détention Secrète, l'oubliable X-Men Origins: Wolverine) qui est à la barre et les omniprésents aujourd'hui Roberto Orci et Alex Kurtzman, à la prod.

En voici son long pitch officiel :


Dans un futur proche, des extraterrestres hostiles, les Formics, ont attaqué la Terre.
Sans l’héroïsme de Mazer Rackham, le commandant de la Flotte Internationale, le combat aurait été perdu.
Depuis, le très respecté colonel Graff et les forces militaires terriennes entraînent les enfants les plus doués dès leur plus jeune âge, afin de découvrir dans leurs rangs celui qui pourra faire face à la prochaine attaque.
Ender Wiggin, garçon aussi timide que brillant, est sélectionné pour rejoindre l’élite.
À l’École de Guerre, Ender apprend rapidement à maîtriser des jeux de guerre de plus en plus difficiles où son sens de la stratégie fait merveille.
Graff ne tarde pas à le considérer comme le meilleur espoir des forces humaines.
Il ne lui manque plus qu’à être formé par Mazer Rackham lui-même, pour conduire ses frères d’armes dans une bataille épique qui décidera du sort de la Terre et de l’humanité…



Bref, c'est alléchant que ce soit dans le fond comme dans la forme, et on lui reconnait un petit air de Starship Troopers, l'un des monuments de la SF les plus cultes sur grand écran.

Côté casting, le héros Ender sera campé par l'excellent Asa Butterfield, l'une des révélations ciné de l'an dernier, grâce à sa composition ultra-touchante du petit Hugo Cabret dans le film du même nom de Marty Scorcese.

Il sera accompagné par la jolie Hailee Steinfeld (révélation du récent True Grit des frères Coen) dans le rôle de Petra, l'immense Harrison Ford, de plus en plus rare en salles, qui y campera le colonel Graff, mais également Ben Kingsley (qui retrouve pour le coup Butterfield après Hugo), qui sera dans la peau de Mazer Rackham, l’héroïque commandant de la Flotte Internationale.

Actuellement en post-production, le film devrait sortir dans nos salles obscures le 6 novembre prochain.


John Chevrier

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.